Le Louxor - Palais du cinéma

*Séance spéciale
MICHAEL CIMINO EN DEUX FILMS

MICHAEL CIMINO EN DEUX FILMS

DU 22 MAI AU 4 JUIN
MICHAEL CIMINO EN DEUX FILMS

« Cette conscience aiguë, éclatante, tragique d’être toujours en retard sur les événements, le monde qui vient et l’Histoire, constitue le réacteur mélancolique de tous les films de Cimino, leur secret magnifique, la force puissante qui irradie autant une forme épique (tous les plans de La Porte du paradis) qu’intime. À quoi aurait ressemblé Le Guépard filmé à la manière d’un home movie ? Sans doute à Voyage au bout de l’enfer, ou à La Porte du paradis, dont on sait désormais qu’ils sont les deux films les plus importants du cinéma américain de ces quarante dernières années. » Jean-Baptiste Thoret - Libération

 

VOYAGE AU BOUT DE L'ENFER (THE DEER HUNTER)
USA, GRANDE BRETAGNE I 1978 I 3h03 I VOSTF I Avec Robert De Niro, Christopher Walken, Meryl Streep

1968. Mike, Steven, Nick, Stan et Axel travaillent dans l’aciérie du bourg de Clairton, Pennsylvanie, et forment une bande très liée. Les histoires de coeur vont bon train. Mais cette tranquilité est rattrapée par la guerre du Vietnam lorsque Mike, Steven et Nick sont mobilisés pour partir au combat…

« A la fois chronique d’une Amérique, prolétaire et déclassée, issue de l’immigration russe, et méditation vertigineuse sur le point de bascule vers la folie, Voyage au bout de l’enfer passe de la liesse d’un mariage d’une démesure slave au chaos vietnamien. Une chasse au cerf, qui donne au film son titre original (The Deer Hunter), dresse le pont entre ces deux séquences. » Léo Moser – Les Inrockuptibles

 

LA PORTE DU PARADIS (HEAVEN'S GATE)
USA I 1980 I 3h39 I VOSTF I Avec Kris Kristofferson, Isabelle Huppert, Christopher Walken
En 1890, dans le nouvel État du Wyoming, de gros propriétaires de bétail entrent en guerre contre des immigrants venus d'Europe centrale.

« L’ampleur esthétique du film et sa batterie de moyens pharaoniques sont au service d’un message assez sombre et pas très politiquement correct : les Etats-Unis d’Amérique se sont construits dans le chaos, la violence et la tension intercommunautaire. (…) La Porte du paradis est un fleuron de l’ère moderne du cinéma américain, dont les grands chefs d’œuvres mélancoliques sont fondés sur la déconstruction de la mythologie nationale. (…) Une grande œuvre politique et romanesque, brutale et lyrique, une aventure cinématographique fondée sur une quadrature de sens, de beauté, de croyance et de moyens dont on a perdu les secrets. » Serge Kaganski - Les Inrockuptibles

 

ios
android
© 2024 The Boxoffice Company